24 heures chrono

24 heures chrono

  • Présentation
  • News(198)
  • Photos(12)
  • Vidéos(24)
  • Diffusions
  • Casting
  • Personnages
  • Episodes
  • Commentaires
  • Replay

 

Dennis Haysbert : “Avant Obama, j’ai ouvert les yeux de l’Amérique”

 

Le boss de "The Unit", prochainement sur M6, revient sur son rôle de David Palmer, l’ex-Président noir de 24 heures chrono. Et son indéniable influence sur les mentalités.

 


Est-ce que vous imaginiez, en 2001, que le Président Palmer éveillerait les consciences à la possibilité de faire entrer un homme noir à la Maison Blanche ?

Avant tout, David Palmer était un rôle génial à jouer. Je lui ai insufflé dignité et intégrité, et c’est au fil des saisons que j’ai senti que mon interprétation avait réussi à ouvrir les yeux et le cœur de l’Amérique à l’éventualité d’élire un Président de couleur. À l’époque, on m’arrêtait dans la rue pour me demander quand je comptais me présenter à la présidentielle pour de vrai ! À Washington, des agents de la sécurité – et même des sénateurs – m’ont parfois appelé « Monsieur le Président ». Je suis fier d’avoir participé indirectement à l’élection de Barack Obama. Et directement, si l’on compte la petite fortune que j’ai versée pour soutenir sa candidature ( rires).

 


Quels sont les points communs entre David Palmeret le vrai Président élu ?

Une confiance en soi tranquille, sans arrogance, et une capacité à garder la tête froide dans la tourmente. Ils ont la même conception de la politique et de leur mission : servir l’intérêt de tous.

 


Avez-vous rencontré Barack Obama ?

À plusieurs reprises, lors de meetings. C’est un fan de 24 heures chrono. Il rêvait que ma fiction devienne sa réalité.

 


Étiez-vous sûr de sa victoire ?

Non, j’ai redouté une mauvaise surprise jusqu’à la dernière minute, en dépit des pronostics très optimistes. Ce soir-là, je préparais mes bagages pour la tournée de promotion de The Unit. Au moment où le nom d’ Obama a été annoncé, j’ai pleuré, seul devant mon poste. J’ai reçu des dizaines de SMS me félicitant, comme si c’était moi qui avais gagné. Puis j’ai eu une longue conversation avec mon fils de 17 ans, qui avait perdu la foi en son pays. Il était tellement frustré de ne pas être en âge de voter. Je remercie Obama de lui avoir redonné l’envie d’y croire. S’il n’avait pas été élu, je crois que j’aurais quitté les États-Unis.

 


Dans 24 heures chrono, le Président Palmer est assassiné. Craignez-vous pour la vie d’Obama ?

Bien sûr. J’ai été traumatisé par la mort de mon personnage dans la série, et je le suis encore rien que d’y penser. Je comprends qu’elle ait été nécessaire pour les ressorts de l’intrigue, mais pour moi, ça remuait un passé trop douloureux. De JFK à Martin Luther King, trop de nos leaders les plus charismatiques ont été tués, pour le grand malheur de la nation. Heureusement, dans la série au moins, le frère de David Palmer, Wayne, a repris le flambeau.

 


Depuis quatre saisons, vous dirigez une unité spéciale de l’armée américaine dans The Unit : commando d’élite. Quel rapport avec les hommes réellement postés en Irak ?

Cette série est pro-soldats et contre la guerre ! Nous sommes allés soutenir le moral des troupes à Bagdad, avec Shawn Ryan, le producteur. Les militaires nous ont dit qu’ils adoraient The Unit, car elle relate un quotidien qu’ils ont du mal à expliquer à leurs proches : la peur de mourir, la culpabilité de tuer d’autres humains… Pour moi, c’est la plus belle récompense, en attendant le retrait des troupes.

 

Christelle Laffin

 

Programme TV
  • 20h55 Blacklist
  • 20h50 Détectives
  • 20h45 Des racines et des ailes
  • 20h45 Football
  • 20h40 La maison France 5
  • 20h50 Recherche appartement ou maison
    > Tout le programme TV